La Nourriture est mon Ennemie...

25 octobre 2019

C'est un article un petit peu particulier que je te propose aujourd'hui, oui le vous n'est pas de rigueur parce que j'ai envie de te parler comme si tu étais face à moi, envie de te conter mon histoire, de te dire ce que je ressens au fond de moi. Si tu ne le sais pas, le 31 octobre 2017, je faisais une sleeve gastrectomie, si tu ne sais pas ce que c'est, je vais te le dire rapidement, dans le cadre de mon obésité morbide, j'ai eu recours à une intervention qui a permis de retirer une grande partie "problématique" de mon estomac afin de le remettre à zéro et ainsi sortir de cette obésité.

L'opération s'est parfaitement bien passée, la suite également, j'ai eu la chance de n'avoir eu aucune complication, aucune gêne, aucun vomissement, aucune carence, j'ai pu intégrer un bon nombre d'aliment assez rapidement avec cette "contrainte" de la quantité, au départ deux cuillères à soupe de bouillon me rassasiait, puis je suis passé à de la texture velouté, puis mixée puis solide, si tu veux un article sur le parcours de cette opération, je le ferais mais aujourd'hui je veux te parler de ce qui se passe dans ma tête quasiment deux ans après cette opération.
J'ai perdu en deux 38 kilos "grâce" à cette opération qui est loin d'être une solution de facilité contrairement à ce que certaines personnes peuvent dire. Jusqu'à il y a 6 ou peut être 7 mois tout allait pour le mieux et puis un matin, je me suis levée, je me suis regardée dans le miroir et j'ai pleuré, j'ai pleuré parce que le reflet que je vois dans le miroir est le même qu'il y 4 ou 5 ans celui d'une fille en obésité morbide et que c'est il passé ce jour là ? A mon rythme, doucement, par petite bouchée, sur une journée entière j'ai avalé une tablette de chocolat...

Et le lendemain pareil, entre deux bouchées, j'avalais un bout de fromage, une compote, puis des pâtes alors toujours en petite quantité à chaque fois mais le résultat était là... La boulimie avait fait son grand retour alors qu'un an avant l'opération elle avait disparu de mon sillage et j'en était fière...
Et que se passe t il quand tu as une crise de boulimie ? Bah tu culpabilises, et tu pleures et tu te détestes et par la même occasion, dans ta tête la nourriture deviens petit à petit, doucement, subtilement une ennemie... J'ai pris 2 kilos, alors pour certaines deux kilos ce n'est rien mais je suis obèse depuis 2006 et avant cette opération j'avais déjà éliminé et stabilisé 44 kilos, de ce fait depuis 2006 + l'opération j'ai perdu 82 kilos, alors 2 ou 3 kilos sur la balance ce n'est pas énorme mais dans ma tête ça a sonné comme un échec retentissant.

J'ai tout de suite appelé ma psy, ma diététicienne et mon chirurgien comme ils sont loin, ils acceptent de me suivre à distance, j'ai même plus de facilité à m'ouvrir par ce biais là, alors qu'en face à face ou souvent la honte est un frein et ils l'ont compris, j'ai recommencé à peser mes repas pour voir si tout allait bien. Je mange entre 500g et 800g de nourriture par jour, alors pour les personnes "normales" je n'aime pas ce mot mais bon, c'est très peu, mes collègues me font la remarques régulièrement "mais tu ne manges pas plus ? Tu vas tomber à ce rythme là !" Mais dans ma tête, c'est plutôt "tu rigoles, j'ai l'impression de manger comme un cochon". Les 3 praticiens sont unanimes, le problème ne viens pas de la taille de mes assiettes mais de ma tête, et aussi de mon alimentation qui a clairement chuté en qualité mais on va y revenir un peu plus tard.

La première question de ma diététicienne est "pourquoi as tu envie de manger ?" souvent c'est par ennui, par envie... Donc il faut que je recommence à écouter au plus profond de mon corps pour refaire la distinction entre la faim et l'envie de manger. Ne pas me restreindre pour éviter la frustration, et trouver quelque chose pour palier à ces envies de nourriture. Et rééquilibrer mes assiettes évidemment.
Ma psychologue, m'a fortement recommandé de reprendre le sport maintenant que j'ai le feu vert mais aussi et surtout, d'être indulgente avec mon corps, d'en prendre soin parce qu'on en a qu'un seul et qu'il faut le chérir, le protéger et le renforcer et surtout l'aimer. J'ai décidé de ressortir ma machine Cellublue, parce que quand je fais la routine, je fais corps avec mon corps, je l'analyse et combat chaque parties critiques. J'essaye d'en prendre soin, de l'hydrater chaque jour, de le masser chaque soir, de le sentir, de sentir sa détresse et la mienne. Je monte à pied chez moi au lieu de prendre l'ascenseur, enfin j'essaye au maximum parce qu'après 7h en station debout, je prends les escaliers dans les transports, pas d'escalator.

Mon chirurgien me prévois un programme de suivi de choc en ce qui concerne la biologie, les vitamines, les carences etc... Donc bilan sanguin mensuel, bilan endocrinologue bisannuel, bilan hépatique aussi mais bon c'est autre chose puisque je suis immunodéprimée mais ça c'est une autre histoire.

Après toutes ces informations, mon cerveau a assimilé le fait que mon opération n'est pas un échec, loin de là mais il faut maintenant que je travaille sur moi, j'ai recommencé à fumer après quasiment 10 ans d'arrêt, mais mes médecins, m'ont clairement dit que c'était pas la meilleure solution, mais que si ça peut m'aider à palier à certaines défaillances pourquoi pas, si je continue sur ma lancée une fois que ça ira parfaitement bien pour l'arrêter de nouveau. Alors je ne vous recommande ABSOLUMENT pas de fumer, mais pour ma part, ça m'évite les envies de fringales, ça fonctionne, une envie de dévorer le frigo ? Une petite cigarette et hop c'est fini. En fait, je ne suis pas parfaite, je suis en difficulté et il faut que j'arrive à en sortir, je suis très bien entourée, mon amoureux me soutiens comme il le peut, j'ai une amie formidable qui est toujours là en cas de coup dur Amandine, si tu passes par là, je crois que je ne te remercierais jamais assez vraiment !

Cet article est vraiment brouillon, je m'en excuse auprès de toi, mais c'est le début d'un carnet de voyage d'une obèse en pleine dysmorphophobie oui parce que même en ayant perdu tout ces kilos, mon IMC est toujours en "obésité", en même temps quand tu mesures 1m53 tu montes vite dans les extrêmes avec grand chose.

La nourriture est mon ennemie pour le moment mais je vais faire en sorte d’être en paix avec elle, avec mon corps et avec mon esprit.

6 commentaires

  1. Coucou toi !
    Je prends enfin le temps de commenter ton article. Merci beaucoup pour ton petit clin d’oeil, ça m’a plus que touché mais ça tu le sais déjà.
    Je serai toujours là pour toi donc n’hésite pas !
    Ton article est très prenant, j’espère que tu vas réussir à te sortir de tout ça <3
    Bisous !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou !

      Merci infiniment pour ton soutien ma belle vraiment <3
      J'espère bien que je vais m'en sortir, je vais faire ce qu'il faut pour ça <3
      Pleins de bisous bisous <3

      Supprimer
  2. Salut,
    J'ai longtemps souffert de troubles alimentaires. Si j'ai bien compris un truc, c'est que c'est une addiction et donc, l'arbre qui cache la forêt.
    Aujourd'hui, je suis écothérapeute et je prépare un Doctorat. Je propose des soins holistiques accompagnés par les chevaux. J'ai 51 ans et c'est le retour à la nature qui m'a sortie de mes troubles il y a dix ans. Un psychiatre un peu moins idiot que les autres m'a suggéré de changer de vie si je ne voulais pas finir ma vie dans un hôpital psychiatrique.
    Pas facile de tout quitter (mari, enfants, travail.....). J'ai vécu dans la rue parce que je suis venue en Ardèche où je ne connaissais personne.
    C'est une remise à zéro. Pourtant, j'aurais affirmé n'avoir aucun problème grave dans mon ancienne vie... Effectivement, c'est beaucoup plus profond que e qu'on peut croire.
    Je ne développerai pas trop mais si tu as envie de me contacter, n'hésites pas.
    Tu vas t'en sortir :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello !
      Merci beaucoup pour ton témoignage, j'ai une ancienne collègue qui fait un peu le même métier que toi, je trouve ça fascinant, je suis admirative vraiment, changer de vie n'est pas de tout repos, je l'ai fait deux fois, mais ça reste toujours une expérience enrichissante =)
      Merci en tout cas pour ton soutien =)
      Passe une belle soirée =)

      Supprimer
  3. Coucou ! Ton article est très intéressant et touchant... je t'envoie toutes mes bonnes ondes pour te donner du courage ! Sinon si ça peut t'aider, il y a un temps j'avais tout le temps envie de sucré après les repas et du coup pour arrêter de manger sucré, je compensais en mangeant des fruits, ou en buvant un thé chaud (sans sucre) ou encore en mangeant des fruits secs + fruits. Ça m'a bien aidé à perdre mes habitudes :) Après je sais que ce n'est pas la même chose, mais si ça peut te donner des idées pour remplacer une habitude par une autre... on sait jamais :)
    Bonne suite à toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou !

      Merci infiniment pour ton soutien, j'évite de compenser la nourriture par la nourriture =) Je n'ai pas choisi la meilleure solution j'en suis consciente mais pour l'instant ça va =)
      Passe une belle soirée =)

      Supprimer